La Régie / A7 Experience

Le workshop organisé par Ultralocal, lié au déplacement, à l’expérimentation, et au vivre ensemble, m’a offert la possibilité d’explorer ces notions à travers une pratique peu visible et pourtant très présente, l’exercice de l’ascèse. Je me suis engagée dans cette discipline de vie durant six jours et l’ai nommée: A7 EXPERIENCE. L’A7 étant l’autoroute dite du soleil. 
Six jours durant lesquels je n’ai ingéré que de l’eau, du thé du café, deux ou trois verres de vins, de la bière et quelques chocolats chauds. Aucune nourriture solide. J’ai, par mon jeûne, voulu déplacer l’énergie produite pour digérer les aliments vers d’autres parties de mon corps. L’abstinence sexuelle était aussi liée au déplacement, mon compagnon étant resté à Paris. Les plaisirs sexuels et gastronomiques mis de coté, je pouvais me consacrer pleinement au corps collectif.
La pratique état assidue mais ne visait pas la performance masochiste, la limite de mon exercice étant la frustration. S’il y avait eu des prémices d’aigreur, de colère ou de tristesse, ma tentative aurait été avortée. J’ai pu ressentir au fil des jours un apaisement et un bien-être optimal. Ma vie d’ascète m’a permise d’augmenter ma sensibilité du corps, d’avoir une conscience de l’essentiel et de l’autre.
Le terme d’ascèse vient du grec askêsis « exercice, pratique » et était associé aux arts et métiers avant d’être repris par le latin qui apportera une connotation religieuse. La vie ascétique que peuvent mener certains moines est un acte de renoncement au monde, une négation du corps. Je me positionne comme une artiste qui choisit de se confronter à ce monde et à cette pleine existence. L’ascèse sur une courte période permet une intensité de cette existence, tous les sens sont décuplés. Je me suis nourrie des odeurs, des lumières, réflexions, des discussions, du corps des autres. Je me suis emplie de leur vie, étant moi même déchargée des humeurs et des rythmes liés à mon propre corps. Je n’ai ressenti ni fatigue, ni faim, ni tristesse. J’étais au contraire dans une joie constante de l’être ensemble, tendant vers une béatitude assez déroutante pour moi comme pour l’ensemble du groupe. L’ascèse est associée à l’élévation, mouvement du bas vers le haut, l’autoroute A7 est connu pour mener vers le soleil du sud de la France, j’ai voulu étendre ces propositions liées au déplacement avec une autre pièce nommée 
PROSPECTIVE.

Marine Provost